LES SÉLECTIONS PHOTOS OCTOBRE 2018

L’été est bel et bien fini, tous les oiseaux qui ne passent pas l’hiver au domaine ont déserté les lieux. 

Certains rescapés ne migrent pas mais ne passeront pas la mauvaise saison. C’est le cas de la plupart des papillons, comme l’Azuré commun (Polyommatus icarus). Ceux qui volent encore ont les ailes très abîmées. Cette espèce hiverne sous forme de chenille.
D’autres insectes sont en pleine période d’abondance. Les Sympétrums fasciés (Sympetrum striolatum) n’émergent qu’en fin d’été, et peuvent voler jusqu’en décembre, voire toute l’année là où le climat est pus doux.

Tous les oiseaux n’ont pas atteint leurs quartiers d’hiver. Quelques limicoles continuent de passer, comme ce Combattant varié et ce Bécasseau variable.
Le Tadorne de Belon ne migre pas aussi loin. La plupart restent sur le littoral atlantique ou méditerranéen, non loin de là où ils se reproduisent. Certains individus bougent cependant plus que d’autres, et nous pouvons également accueillir sur nos terres des oiseaux venant du nord, notamment du Danemark, même si la plupart préfère rester sur les côtes allemandes.
Nous avons également eu la visite d’une jeune Spatule blanche, faisant une halte migratoire avant de continuer sa route vers l’Afrique. Nous en voyons peu au domaine car elles préfèrent migrer en longeant le littoral atlantique.
Le nombre de Bergeronnettes grises s’accroît, il n’est pas rare de voir des groupes de plusieurs dizaines d’individus en migration.

D’autres oiseaux s’installent au domaine pour passer l’hiver, ou au moins une partie de la mauvaise saison. 
C’est le cas des Grandes aigrettes, que nous avons l’habitude d’observer en cette saison en compagnie des Grands cormorans. Fait assez rare cette année, nous avons une visiteuse en plumage nuptial. Alors que les Grandes aigrettes en plumage hivernal ont le bec jaune et les pattes noires, celle-ci a le bec noir, les pattes rouges et les lores bien verts. Normalement, ce plumage n’est acquis qu’autour du mois de février.
Quelques canards sont aussi sur les lacs, en nombre assez peu élevé. Se trouvent des Canards souchets et des Sarcelles d’hiver. Quelques Canards pilets sont aussi passés mais ne sont pas restés sur site.
Des Bécassines des marais se montrent, elles sont assez communes bien que discrètes.
Un autre oiseau d’ordinaire discret se montre souvent en ce moment : le Râle d’eau. Beaucoup de ces oiseaux passent l’hiver au domaine, bien que ne s’y reproduisant pas.
Les Martins-pêcheurs semblent s’être fixés sur les sites d’hivernage, ils sont observés régulièrement.

Les passereaux d’hiver arrivent aussi. Les Rouge-gorges familiers ont terminé leur mue, et sont rejoint par les oiseaux d’Europe du nord et de l’est. Chacun chante pour délimiter son territoire, mâle comme femelle.
Les roselières du domaine, bien que très petites, accueillent également quelques Bruants des roseaux
Sur les berges des lacs, ce sont les Bergeronnettes des ruisseaux qui sont parfois observées. Elles ont quittés les torrents souvent montagnards où elles se reproduisent pour hiverner dans des zones plus clémentes.

Les Hérons garde-bœufs se réunissent maintenant sur Augé pour la nuit. Il y en a pas loin de 600 ! C’est toujours un grand spectacle que d’assister à leur arrivée au dortoir.



Publicité