Les sélections NOVEMBRE 2018

Nous sommes en plein cœur de l’automne, et les températures sont encore très douces.

Certains oiseaux bien présents le mois dernier continuent le spectacle en novembre. Le Martin-pêcheur d’Europe par exemple, qui ravit tout le monde de sa présence et ses parties de pêche.
Les Râles d’eau sont toujours là également, sortant assez souvent à découvert pour le plus grand plaisir des photographes et observateurs. Ils recherchent amphibiens, larves d »insectes, vers…
Les Bécassines des marais sont présentes, un peu plus nombreuses que le mois précédent mais toujours aussi discrètes.
Le grand spectacle des Hérons garde-bœufs continue, ils sont de plus en plus nombreux à se regrouper le soir sur les arbres et îlots de l’étang d’Augé.
La grosse migration est finie, mais un Bécasseau variable errant a fait une pause au Domaine. Il passera certainement l’hiver sur la côte Atlantique ou Méditerranéenne.

Les grands pêcheurs de l’hiver, les Grands cormorans, sont toujours aussi nombreux. Ils se déplacent d’étang en étang, souvent suivi des Grandes aigrettes. Ces dernières sont en revanche en effectif réduit. Certaines d’entre elles n’ont fait qu’une courte halte au Domaine.
D’ordinaire très discret et peu vu, le Grèbe castagneux se montre un peu plus. 

Les Cisticoles des joncs sont très actives également. Des températures aussi douces sont parfaites pour elles. Elles cherchent divers invertébrés dans la végétation semi aquatique du bord des étangs. Les Bruants des roseaux ainsi que quelques Tariers pâtres leur tiennent compagnie.

La mangeoire commence doucement à reprendre du service, comme chaque année, les Mésanges charbonnières sont les premières à se servir, suivies de près par les Mésanges bleues. Un Pinson du nord solitaire a fait une halte mais ne s’est pas attardé. Peut-être en verrons nous en plus grand nombre cet hiver. Les Pinsons des arbres en revanche sont plus nombreux. Nous voyons en début de saisons essentiellement des femelles, premières à quitter les lieux de reproduction pour les quartiers d’hivernage. La plupart des mâles suivront plus tard.

Un groupe de Tadornes casarcas est arrivé, visible depuis le mirador. Difficile de dire d’où ils viennent, à l’état sauvage ces oiseaux vivent en Afrique et au sud de l’Espagne ainsi qu’en Mongolie. Ils sont très appréciés en tant que canard d’ornement, et plusieurs ce sont échappés des volières et bassins. Ils se sont bien adaptés à leur nouvelle vie, errant ça et là. Aucune reproduction n’a été notée dans les environs, mais qui sait, cela arrivera peut-être un jour.

Autre visite assez rare, un Canard siffleur. Cet oiseau hiverne sur les côtes et les estuaires du centre et du sud de l’Europe. Il ne se reproduit pas en France.

Lorsque l’on prend la peine de regarder à nos pieds, on peut faire de jolies rencontres, comme ce mâle Phlegra bresnieri. Cette saltique se rencontre au niveau du sol et dans la végétation basse, ce qui explique qu’elle passe plus souvent inaperçu que d’autres membres de cette famille. Sa petite taille, 5mm, ne rend pas plus facile son repérage. La grande moustache blanche du mâle permet de le reconnaître assez facilement.

Bonne découverte.
LADDDO

Sélections photos : Edith & Jessica
Recherche et rédaction : Jessica



 

Publicité