Sortie Associative Aiguamolls le 4 mai 2019

Chers amis, 

En ce début du printemps, nous vous proposons une sortie en groupe à destination du parc naturel des Aiguamolls en Espagne. 

MODALITÉS

– Sortie réservée aux adhérents de l’association à jour de leur cotisation.

– Priorité aux membres n’ayant pas encore participé à une sortie associative cette saison 2019. Les membres ayant déjà participé à des sorties cette année peuvent tout de même s’inscrire en précisant « de réserve ».

– Rendez vous le 4 mai à 5h30 précises au péage de Mazères

– Pour les toulousains, nous pouvons vous récupérer au péage de Villefranche de Lauragais à 6h00. 

Pour cette sortie nous n’avons pas le minibus, l’association offre donc le déplacement (carburant + péage) pour deux véhicules personnels, soit 10 places.
Nous laissons les membres qui souhaitent mettre 1 véhicule à disposition se manifester sur ce fil.

POINTS DE RDV GPS

GPS péage de Mazères: goo.gl/maps/9NnJkLoQq7D2
GPS Péage de Villefranche de Lgs : goo.gl/maps/96KmvvKhzoo

RESERVATION 

Dès à présent, merci de réserver votre place ci-dessous en précisant > Nom / Prénom / Pseudo/Lieu de ramassage souhaité.



Les sélections photos MARS 2019

Cette fois-ci ça y est, la migration a bel et bien commencé.

Nos premiers oiseaux nicheurs commencent à être bien présents, comme les Échasses blanches et les Petits gravelots. Ces derniers entament déjà les parades, le mâle bombant le torse et piétinant derrière la femelle. Les Échasses, elles, poursuivent déjà les autres oiseaux qui se trouvent sur leurs zones de nourrissage !

Nous avons eu la visite de plusieurs migrateurs de passage : un Bécasseau variable, deux Combattants variés, un Tadorne de Belon et aussi les premières Bergeronnettes printanières.
Une Marouette ponctuée est également arrivée. Sa présence devient régulière au domaine au printemps et à l’automne. En général elle reste 10 ou 15 jours avant de reprendre sa route.
Une Bécassine sourde a également été observée. Très discrète, plus petite que la bécassine des marais, elle passe l’hiver en Afrique tropicale et dans les pays du pourtour méditerranéen. Certains individus hivernent en France. En revanche, elle se reproduit en Scandinavie et Russie.
Nous avons aussi eu la chance d’observer de près un Busard des roseaux, venu voler juste au-dessus des étangs pour voir s’il ne pouvait pas y trouver quelque chose à manger. 

Certains, comme l’Oie à bec court et la Barge à queue noire, déjà observés en février au domaine, sont encore sur site. La Barge a même été rejointe par une congénère.

Les araignées aussi migrent. Les juvéniles et les adultes en quête de nouveaux territoires doivent se disperser pour limiter la concurrence ou pour trouver une zone plus propice. Pour ce faire, elles cherchent un endroit en hauteur, laissent sortir de la soie de l’extrémité de leur abdomen, se dressent sur leurs pattes, et attendent qu’une petite brise les emportent. S’il n’y a pas de vent, peu importe, elles utilisent l’électricité statique pour décoller. Cette technique s’appelle le « ballooning ».

Le début du printemps fait sortir les premiers chatons et les premières fleurs des arbres et arbustes, qui font le régal de divers insectes mais aussi des Pouillots véloces, des Mésanges bleues et des Fauvettes à tête noire qui sont également des butineurs !
Le long du chemin qui mène à l’affût de la bécassine, dans les buissons d’ajoncs en fleurs, les Linottes mélodieuses chantent à tue-tête.

Les derniers hivernants sont encore là, tels les Sarcelles d’hiver et les Canards souchets, mais ils ne sont plus très nombreux et ne tarderont pas à déserter les lieux. Nous pouvons également profiter des derniers passages de Pinsons du nord, avant de leur dire à l’hiver prochain.


Bonne découverte.
LADDDO

Sélections photos : Edith & Jessica
Recherche et rédaction : Jessica
Coordination : Christophe



Activité associative Soirée Papillons de nuit 13 avril 2019

Chers amis, 

L’association « les Amis du Domaine des Oiseaux », vous propose une soirée à la découverte des papillons nocturnes du Domaine des Oiseaux. Les papillons ne sont pas les seuls insectes que nous pouvons voir, coléoptères et diptères peuvent également être de la partie !

MODALITÉS

– Rendez-vous à 19h au « Cabanon associatif » 

– Nous ferons un pique-nique convivial où nous mettrons en commun les vivres de chacun.

– Pour les photographes, prévoir un flash car l’éclairage des ampoules n’est pas suffisant pour la prise de vue. Le flash intégré de l’appareil est suffisant.

– Cette sortie étant totalement dépendante de la météo, nous préciserons ici même son maintien ou son annulation la veille.

Dès à présent, merci de vous inscrire ci-dessous en précisant > Nom / Prénom / Pseudo 



Concours Printemps 2019 : La migration à Mazères

La migration à Mazères – Organisateur Gabriel Leboff
Depuis le temps que nous faisons des concours,
il est difficile de ne pas se répéter !

Le printemps est une des saisons préférées pour les naturalistes et les photographes, la nature qui s’éveille sous de multiples formes nous donne l’occasion d’observations variées, tendres ou parfois cruelles.
Si le Domaine des Oiseaux de Mazères est maintenant reconnu comme un site ornithologique permanent, il devient au printemps une aire de repos et de ravitaillement pour les migrateurs.
Certains trouvant le site confortable, voire même douillet, se reproduisent chaque année à Mazères avant de repartir à la fin de l’été vers la péninsule ibérique et l’Afrique.

Nous allons faire preuve d’acuité et torturer nos boîtiers pour présenter les plus belles photos de migrateurs prises entre le 21 mars et le 21 juin des années 2014 à 2019. 
Le printemps 2019 donnera aux lève-tôt et insomniaques l’occasion d’aller chercher la douce lumière, Khalil Gibran écrit dans Le Prophète : « Se réveiller à l’aube avec un cœur prêt à s’envoler et rendre grâce pour une nouvelle journée d’amour » !
Quant aux amateurs d’apéros tardifs, ils pourront exploiter la lumière d’une fin de journée ! « Aux soleils couchants – Et d’étranges rêves – Comme des soleils – Couchants sur les grèves » Verlaine décrivait ainsi la dernière partie de la journée dans les « Soleils couchants » !

Vous l’avez compris, pour ce concours quasi bucolique ! Nous ne souhaitons voir que des oiseaux migrateurs. 
Sont-ils difficiles à trouver ? Nous venons de voir arriver (et c’est loin d’être fini !!) les limicoles : échasses, chevaliers, gravelots; le busards des roseaux fait des apparitions et nous aurons bientôt les passereaux comme les rossignols, pipits et autres fauvettes. Un doute quant à son statut de migrateur : c’est tout simple, si nous l’avons photographié tout l’hiver c’est qu’il est résident ! 
Enfin le « Guide ornitho » vous donnera toutes les informations nécessaires si vous avez un doute !

L’Artiste et/ou le photographe exceptionnel qui l’emportera mettra dans sa besace : le dernier livre de Vincent Munier : Tibet, minéral animal illustré des textes poétiques de Sylvain Tesson !