Extension du Domaine des Oiseaux – Nov 2012

Extension du Domaine des Oiseaux

L’HISTORIQUE

Le Domaine des Oiseaux est lauréat depuis février dernier du Grand Prix des « Zones humides en milieu urbanisé » organisé conjointement par le Ministère de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, en partenariat avec les Agences de l’Eau, l’association des Maires de France et dans le cadre de la convention RAMSAR (convention internationale sur les zones humides).
Cette distinction est une reconnaissance au niveau national voire international de la qualité environnementale des aménagements déjà réalisés pour le rétablissement des zones humides au profit de la biodiversité.
Elle a été obtenue aussi, grâce à la qualité du projet d’extension sur une superficie de vingt hectares en cours d’achèvement.
Ce projet complexe a demandé plusieurs années de préparation avant de se réaliser.

Rappel de l’historique des étapes décisives
Décembre 2009, acquisition par la Fondation pour la Protection des Habitats de la Faune Sauvage, la Fédération des Chasseurs de l’Ariège et la mairie de Mazères de seize hectares d’anciennes zones humides qui avaient été drainées pour les besoins de l’agriculture et donation à la commune de quatre hectares par Maitre Guy Saffon.
Juin 2010, remise par les responsables du Crédit Agricole d’une dotation de la fondation du Patrimoine-Pays de France au Domaine des Oiseaux, un accompagnement financier de 53 000 euros sur ce dossier en indiquant qu’il s’agissait « de la première action qui touche à l’environnement patrimonial naturel »
Juillet 2012, en présence de Monsieur Gilles Capy, Directeur Interrégional ERDF Sud Ouest, Monsieur Louis Marette, Maire de Mazères et Gérard Lousteau, Directeur Départemental ERDF en Ariège signent une convention de partenariat pour la protection de l’avifaune au « Domaine des Oiseaux » par l’enfouissement de la ligne moyenne tension HTA. Le projet a bénéficié du soutien technique et financier permanent de l’Agence de l’Eau Adour-Garonne.
Un merci particulier à Mme et M. Saffon pour le don à la Mairie des parties boisés et à M. Mir pour la libération anticipée des terres en fermage.

LE PROJET

Le projet dont les travaux d’aménagement ont débuté en octobre 2012 consiste à redonner à cet ensemble de 20 ha sa vocation originelle et rétablir les zones humides qui avaient été drainées pour les besoins de l’agriculture.
Il y a quarante ans cette zone au confluent de l’Hers et du Tor constituait une vaste prairie avec des sources et des marécages.
L’eau y est bien présente et devrait à terme réalimenter les quatre mares créées ; l’ensemble se compose d’une partie basse et plus humide où 6000 plantes aquatiques seront installées avant le printemps pour créer, en particulier, des roselières ; sur la zone plus haute une prairie pâturée, noyée temporairement plus ou moins recouverte d’eau en fonction des saisons, accueillera des vaches gasconnes et des chevaux. Elle est en place depuis quelques jours.
La ligne électrique a été enfouie.
Un observatoire type « palombière » est déjà installé et d’autres, différents, viendront plus tard.

Cette zone permettra à terme d’attirer de nombreuses espèces d’oiseaux non encore présentes parmi les 230 déjà observées.
L’association toulousaine « Caminarem » étudie un nouveau cheminement au travers de ce nouvel espace afin que l’on puisse observer la faune sans la déranger. Il sera opérationnel l’été prochain.
Enfin trois hectares consacrés à l’agriculture d’autrefois permettront de faire vivre en direct les outils du siècle dernier, présents au musée ; elles complèteront harmonieusement la vigne déjà en place.
« L’objectif de ces aménagements est d’améliorer la capacité d’accueil des oiseaux migrateurs mais aussi de contribuer à la sensibilisation, à l’information du public, à la découverte de cette exceptionnelle faune avicole ».

Publicité